Finnegans Wake, roman de James Joyce, 1939

Dans notre cimetière des pavés inachevés, où gisent déjà, rappelons-le, L’Education sentimentale et La Recherche, nous avons omis d’inclure Finnegans Wake. Quel est donc ce fou prétentieux imbibé d’alcool qui espère pouvoir nous faire ingurgiter pareille potion mystique ? Avouons cependant que nous éprouvons une certaine tendresse, mêlée d’admiration, pour cet homme ; c’est à rien y comprendre.

Posted by:Joël Bécam

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s