» Levant les yeux, je scrutai ces ténèbres et me vis : un être mené par la vanité, jusqu’à la dérision ; et mes yeux se mirent à brûler de désespoir et de colère « 

James Joyce, Dublinois, Gallimard, Folio, Arabie, page 80.

Posted by:Joël Bécam

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s