» Elle avait sa toilette des dimanches. Sa jupe de serge bleue était retenue à la taille par une ceinture de cuir noir dont la grande boucle d’argent semblait lui creuser le milieu du corps, serrant comme une pince la légère étoffe blanche de son corsage. Elle portait une courte jaquette noire ornée de boutons de nacre, et un boa noir dépenaillé. Les bords de sa collerette de tulle étaient dans un savant désordre, et un gros bouquet de fleurs rouges était piqué, tiges en l’air, dans son corsage. »

James Joyce, Dublinois, nouvelle «  Les deux galants « , Gallimard, collection Folio, page 110

Publié par :Joël Bécam

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s