Depuis quelques jours, nous avons entre les mains un livre que nous lisons avec plaisir, un plaisir constant ; tel un beau vers, il renaît sans cesse de ses cendres, ce plaisir-là ! Ce livre nous le lisons aussi avec beaucoup de soin ; car nous pressentons qu’il nous marquera.
Livre limpide, mais d’une lecture pour nous parfois difficile. La faute à un manque chronique d’attention, de concentration, qu’il nous faut hélas sans cesse compenser ; à tel point que, désireux surtout de n’en rien perdre, nous sommes contraint souvent de revenir sur les traces de notre lecture…
Ce livre, que les éditions de Minuit viennent de publier, dans la collection Paradoxe, est un livre majeur : c’est L’Ecole du réel, de Clément Rosset.
 » Ce livre est la réunion et la mise au point des textes que j’ai, depuis une trentaine d’années, consacrés à la question du réel et de ses doubles fantomatiques « , nous confie Clément Rosset, dans le Prière d’insérer qu’il a lui-même rédigé.
Répétons-le ; et n’ayons pas peur d’insister : ce livre est un livre majeur. Ce qui signifie, si nous nous référons à notre Petit Larousse familier, et en la circonstance nous le faisons de bon coeur, que ce livre est  » plus grand, plus considérable, plus important  » que tout autre. En quoi en effet ce livre est unique, nécessaire, et ne saurait se comparer à nul autre.
Bien plus qu’un énième livre de philosophie, L’Ecole du réel est le livre d’un philosophe ; or, à nos yeux, cela change grandement la chose.
Un livre de philosophie est un livre dans lequel son auteur cherche, qu’il le veuille ou non (et la plupart du temps, bien sûr, – il le veut ; cela transpire !), à briller, mieux même, à rivaliser avec ceux, à  » damer le pion  » de ceux qui l’ont précédé.
Un livre de philosophe, en revanche, est un livre qui vous aide à vivre. Et ce n’est pas rien, un livre qui nous aide à vivre… il semblerait même, voyez-vous, que ce soit l’essence de la philosophie, que de nous aider à vivre, non ?
Clément Rosset, nous ne le connaissons pas ; mais nous l’avons vu et entendu, et écouté une fois. C’était à Paris, au Centre Georges Pompidou. Ne nous demandez pas quelle année c’était (deux mille quelque chose ?) ; ne nous demandez pas non plus quel était le thème de sa conférence, nous n’en avons aucun souvenir. Ce soir-là, la grande salle était remplie de monde. Il semblerait que ce soit celle que l’on appelle le  » grand foyer « , auquel cas, elle n’aurait jamais aussi bien porté son nom. Oui, il faisait salle comble, et nous étions d’humeur morose (dépressive serait le mot juste ; ceci excuse cela), comme Clément Rosset lui-même, qui ne s’en cachait pas – comment aurait-il pu ? –, mais qui n’en faisait pas état non plus. Quelque chose nous disait qu’il aurait aimé, une fois la conférence terminée, aller boire un verre ou manger un morceau avec nous, – nous tous veux-je dire.
Pour rompre avec la solitude de celui qui sait.
Alors voilà, naguère, nous nous exclamions :  » Lisons les grands !  » (Voir notre article du 8 mai 2008 : Bientôt la rentrée littéraire ? Lisons les grands ! ) : eh bien, lisez Clément Rosset !

Publié par :Joël Bécam

5 commentaires sur &Idquo;Clément Rosset : L’Ecole du réel&rdquo

  1. Oui, je n’y manquerai pas. Le beau vers qui « renaît sans cesse de ses cendres « , c’est très joli, mais ce n’est pas de moi ! C’est de Paul Valéry (je crois). Comme quoi, je pille, moi aussi…

    J'aime

  2. Bonjour,
    Pouvez-vous me faire savoir s il est possible d ecouter Clement ROSSET, ou et quand ? Est-il poermis de lui ecrire ou ? Merci de me repondre .

    J'aime

  3. Bonjour,
    Bien sûr Fabienne qu’il est possible d’écouter Clément Rosset, c’est même fortement recommandé ! C’est d’ailleurs ce que j’ai fait moi-même, ce soir-là, au Centre Georges Pompidou, j’ai presque envie d’écrire  » religieusement « … Quant à lui écrire, vous n’avez pas non plus besoin de permission pour le faire. Libre à lui, cependant, vous le savez bien, de vous répondre, et encore faut-il aussi que votre lettre lui parvienne. Sur ce point, je n’ai pas d’autre conseil à vous donner que de passer par son Editeur ; je ne doute pas qu’il lui transmettra votre lettre. Je pense aussi que sur le site web de son éditeur, vous trouverez le calendrier précis des  » apparitions publiques  » de Clément Rosset !
    Je vous souhaite bonne route, Fabienne, et que l’amour vous délivre (si ce n’est déjà fait !). Bien cordialement. Joël.

    J'aime

  4. Relire… avec…
    Ecrivains à l’écran

    La prochaine rencontre, proposée par la Bibliothèque publique d’information en association avec les Revues parlées du Centre Pompidou, aura lieu

    Lundi 25 mai
    Relire Robert Pinget avec Clément Rosset
    Rencontre avec le philosophe et écrivain Clément Rosset, qui a récemment publié La Nuit de mai (Minuit, 2008). Projection du film « Autour de Pinget », réalisé par Ursula Meier. Production: PCT-cinéma et télévision, Need Productions, Au large de l’Eden, Télévision suisse romande, avec la participation du Centre national du livre (2000, 52 min).

    Centre Pompidou
    Cinéma 2, niveau -1, 19h30
    Entrée libre dans la mesure des places disponibles

    On peut écouter l’enregistrement de la séance du 30 mars
    Relire Claude Simon avec Arno Bertina
    à l’adresse suivante :
    http://archives-sonores.bpi.fr/index.php?urlaction=doc&id_doc=2987

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s