Comme tout être vivant, chaque mot a sa destinée propre. L’adverbe de manière « effectivement » n’échappe pas à cette règle ordinaire. Or, depuis peu, il semble que la destinée de ce mot-là soit exceptionnelle. « Effectivement » a conquis la gloire. Ni plus ni moins !
En effet, « Effectivement », par les temps qui courent, fait rage. « Effectivement » c’est le « Je suis partout ! » de notre époque. Car notre adverbe fleurit dans toutes nos bouches, et les encombre.
« Effectivement », voyez-vous, c’est du lourd : ça plombe le style. Qu’importe ; chacun y met du sien, chacun y va de son « effectivement ».
Et moi, je pars en guerre, la fleur aux lèvres, contre lui.
Car j’aime, en effet ; oh, pardon : j’aime « en effet »…
En moins drastique, en plus soft, « effectivement » vous fiche un de ces petits airs d’inéluctable, qui moi m’agace. De l’inéluctable qui se cherche, ou se cache, certes. Raison pour laquelle il passe, mine de rien, le bel hypocrite, dans notre langue.
Avec « effectivement », bienvenue au royaume des gens sérieux, et responsables ! Voilà ce que vous signifie celui ou celle qui en use. Le moins drôle, et le plus pathétique, c’est que notre illusionniste le plus souvent l’ignore, qu’il en abuse…
Et si « effectivement » n’était que le masque de mon insuffisance ?
En tout cas, une chose est sûre : « effectivement », ce n’est plus le pied. Le pied, c’était bon, c’était joueur et bon enfant, quoique un peu ridicule. Mais surtout, c’était il y a longtemps, longtemps avant cette flopée.
Les plus jeunes, d’ailleurs, se souviendront qu’ils n’étaient pas nés.
« Effectivement », malgré tout, ça vous pose un homme. Le voilà expert, mais de quoi ? de quelque diffus manque ? car, vous l’avez noté n’est-ce pas ? tout semble manquer à celui qui le met dans sa bouche. Et dans sa langue, ce piètre adverbe.
Nous le répétons, et le répéterons sans cesse, obstiné mais sans colère : c’est « En effet » que nous aimons !
« Effectivement » – non mais quel porc ! – fuse du cul sale de la langue.
Tel un ténia, en anneaux à l’infini, cela se meut et se répète, et prolifère, souple, suave, gluant.
Chacun donc – ainsi chante l’époque – mène grand train, accordé aux autres par la grâce du mot.
« Effectivement » y prend sa part.
Chassez-le vite.

Posted by:Joël Bécam

Une réponse sur « Effectivement ? »

  1. En effet, c’est effectivement vrai qu’on le place à toutes les sauces mais cela n’est pas nouveau. En fait, j’y suis sensible depuis longtemps car j’avais un prof qui en faisait un usage immodéré et c’était il y a longtemps. Comme on s’ennuyait, nous en avions compté jusqu’à 125 en à peine une heure et demie. Depuis, de fait, je surveille les « effectivement » avec attention. Je ne suis pas sûr de préférer les « en effet », ni les « au fait » ou les « en fait » et les « de fait ».

    « En effet cher ami ! », cela fait pédant je trouve… enfin il me semble.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s