Chaque soir
Se mettre à sa table
Songer que la vie pimentée de quelques « si » épars et colorés
Serait autre

Comme cet autre qui te regarde marcher
Chaque soir à ta table
Et rêver chaque soir d’une vie que tu pourrais rêver
De la malice du temps
Qui te joue la comédie du tiroir-caisse

« Tu te donnes
Je te ronge
Je ne te rends rien »

Posted by:Joël Bécam

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s