Un haut mur en boîtes à biscuits de métal rouillé. Qui barre l’accès. Bouche la vue. Dans mon enfance, dans la sienne aussi, il y avait des locomotives à vapeur. Pour imiter le bruit d’une locomotive à vapeur, son « tchi tchi ! tchou tchou ! tchi tchi ! tchou tchou ! », il existait alors un moyen très simple, sans doute inventé par un enfant :

1.       prends un verre au bord épais ;

2.       pose-le sur la table, le cul en l’air ;

3.       colle l’oreille contre la table ; table en sciure de rien ;

4.       simultanément, imprime au verre un mouvement tournant, plutôt lent ; tu as compris ? répète : j’imprime au verre un mouvement tournant ;

5.       le verre décrit un cercle sur la table ; le même cercle sans arrêt répété ;

6.       écoute : tu entends le raclement du verre sur la table ? voilà, c’est lui, c’est le grondement de ta locomotive ;

7.       attends, ce n’est pas fini ! tape deux coups secs, avec le verre, sur la table, à chaque tour ; en cadence : tac tac ; tac tac ; tac tac ; tac tac ; tape ; encore ;

8.       écoute encore : tu as le grondement de fond, tu l’as ; avec tes deux coups, tu as le « tchi tchi ! tchou tchou ! », le « tcha tcha ! tchou tchou ! » ;

9.       ce n’est pas fini ! tu vas devoir donner de la voix ; sans t’égosiller ; donc, tu racles et tu fais « tac tac », sans arrêt sur la table ; et en même temps tu dis ; non, tu cries ; non tu murmures « si tu tombes tut tues ! » ; ou tu murmures : « j’t’emmène ! » si tu préfères ; ou si tu préfères « j’m’en fiche » tu murmures « j’m’en fiche » ; tu répètes ;

10.   répète : si tu tombes tut tues ! si tu tombes tut tues ! si tu tombes tut tues ! si tu tombes tut  tues ! si tu tombes tut tues ! si tu tombes tut  tues !

11.   répète : j’t’emmène ! j’t’emmène ! j’t’emmène ! j’t’emmène ! j’t’emmène ! j’t’emmène !

12.   répète : j’m’en fiche ! j’m’en fiche ! j’m’en fiche! j’m’en fiche! j’m’en fiche! j’m’en fiche !

Posted by:Joël Bécam

Une réponse sur « Christian Boltanski, Personnes, Grand Palais, Monumenta 2010 »

  1. Je vous ai lu, je ne sais toujours pas ce que vous pensez ni de Christian Boltanski, je veux dire de son travail en général, ni de l’expo Monumenta. Rien que le mot Monumenta me met mal à l’aise et je préfère le travail de Boltanski, à voir de près, c’est à dire de taille humaine. Je n’ai pas vu l’expo.
    Si vous passez par le canton de Berne, allez au Gertsch Museum de Burgdorf, vous y verrez une installation de photographies, des portraits de gens ayant été atomisés à Hiroshima.
    J’aime bien votre texte, façon minimaliste de représenter les voyages en train vers Auschwitz.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s