La Ménagère à cinquante dents

 

La ménagère de cinquante ans
A du vague à l’âme
Elle l’a placé sur la balance
Roberval
Une douce mamelle sur chaque plateau
La vie mon Dieu quel fléau !
Son vague
Vague à l’âme pèse
Cent huit kilos
La ménagère de cinquante ans
A cinquante dents
Dix-huit de trop quelle pitié !
La ménagère à cinquante dents
A Dieu ne pèse
N’a plus de d’sous
A trop mangé
En regardant sa vieille Té Lèse
De la misère
De cacahuète
Des miettes de ton
Sans vraie musique
Comment ça va ?
Alors ça vient ?
Une douce mamelle sous chaque stylo
Quand on a cinquante dents de vague
Vague vague
Vague à l’âme
Cent huit kilos de stupre flou
Alors ça va ?
Comment ça vient ?
La ménagère de cinquante ans
A du vague à l’âme

Vague vague
Placé sur la balance
Roberval
Une douce mamelle sur chaque plateau
La vie mon Dieu quel fléau !

Posted by:Joël Bécam

Une réponse sur « Petit poème cynique »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s