« Monde cruel ! Ô monde cruel ! Je suis le meilleur des gars que la terre ait portés – hospitalier, le cœur sur la main, généreux jusqu’à l’excès – et Dieu me refuse la fortune qu’il me faudrait pour arroser le pays de mes libéralités. », Herman Melville, Cocorico

« … je le vis suivre assez fidèlement une des grandes maximes de la Société, qui est d’immoler toujours le plus faible au plus puissant. », Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions

« … peuple souverainement bon et souverainement méchant, comme toutes les masses qui ont souffert ; habitué à supporter des maux inouïs, et qu’une fatale puissance maintient toujours au niveau de la boue. Ils ont tous un rêve, une espérance, un bonheur : le jeu, la loterie ou le vin. », Honoré de Balzac, Ferragus

« De tous les systèmes économiques et sociaux, le capitalisme est sans conteste le plus naturel. Ceci suffit déjà à indiquer qu’il devra être le pire. », Michel Houellebecq, Extension du domaine de la lutte

« La générosité est un péché mortel. »
« Vous comprendrez désormais que les humains sont des bêtes de somme, des arbres qui doivent pousser dru sous peine de connaître les dents de la scie, la dure morsure de la hache, le douloureux destin des bûches qui flambent dans les cheminées des résidences secondaires de nos chefs d’entreprise. »
Régis Jauffret, Microfictions

« Une voix, venant d’on ne sait où, l’interrompit :
– Idéaliste !
Et Ignatij Apollonovitch perdit le fil.
– Et pourquoi ? demanda-t-il, déconcerté.
– Crois-tu qu’il soit suffisant de garder dans sa mémoire les mots de notre doctrine ? dit, d’un autre côté de la salle, un grand escogriffe qui s’était fait remarquer comme l’un des plus agités parmi les dernières recrues. Sais-tu pour quelle raison notre doctrine ne peut pas être confondue avec celles de tous les autres mouvements ?
– Bien sûr qu’on le sait. Parce que c’est la seule doctrine qui, lorsqu’elle aura conquis le pouvoir, ne pourra être corrompue par le pouvoir ! ».
Italo Calvino, La décapitation des chefs

« … parce que, sans savoir au juste ce que vous faisiez, ce qui se passait, la situation ayant atteint progressivement un point critique, contraint d’apporter un bouleversement dans l’arrangement antérieur, de rompre avec cette routine qui s’était instaurée, vous vous êtes mis vous-même au pied du mur ; … », Michel Butor, La Modification

« Les catastrophes stimulent l’économie, le consommateur sent sa vie précaire, et, du coup, dépense plus et mieux. Son existence est en danger, il se résigne. Dieu n’a pas à mourir puisqu’il n’a jamais existé. Seul compte le corps, mais voilà, il est encombrant, lourd, le plus souvent disgracieux, adipeux, spongieux, cancéreux. Il ne bande plus ou se détériore. Qu’il arrête donc de fumer et de boire. Qu’il fasse de la gymnastique, découvre le bouddhisme, achète nos produits de beauté. Et qu’il n’oublie pas d’aller travailler. », Philippe Sollers, Une vie divine

« S’apercevront-ils jamais que leurs brutales réglementations sont aussi versatiles et tout aussi contradictoires que les dieux de leurs pères et que ce qui est satisfaction d’un instant devient poison de l’instant qui le suit. », H. P. Lovecraft, Démons et merveilles

« Je m’imaginais, comme tout le monde, que le cerveau des autres était un réceptacle inerte et docile, sans pouvoir de réaction spécifique sur ce qu’on y introduisait ; … ».

« assez influent lui-même, il croyait qu’il n’y avait rien qui ne s’arrangeât, ne trouvât sa solution favorable dans la conversation des gens importants »

« chaque fois que la société est momentanément immobile, ceux qui y vivent s’imaginent qu’aucun changement n’aura plus lieu, de même qu’ayant vu commencer le téléphone, ils ne veulent pas croire à l’aéroplane »

« Il peut arriver qu’on ne découvre son erreur que pour lui substituer non pas la vérité, mais une autre erreur »

« les plus cruels de nos adversaires ne sont pas ceux qui nous contredisent ou essayent de nous persuader, mais ceux qui grossissent ou inventent les nouvelles qui peuvent nous désoler »,
Marcel Proust, A la recherche du temps perdu

« Pourquoi avoir renouvelé l’étoffe des fauteuils ? De mon temps, on avait dans une maison un seul fauteuil, pour les personnes âgées », Gustave Flaubert, Madame Bovary

« Ah ! la Bêtise humaine vous exaspère ! et elle vous barre jusqu’à l’Océan ! Mais que diriez-vous, jeune homme, si vous aviez mon âge ? », Gustave Flaubert à Guy de Maupassant, Correspondance

« Oh, arrêtez tout », Jean Rouaud, Les Champs d’honneur

Etc.

Publié par :Joël Bécam

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s