Pluriquotidienne, pléthorique, péripathétique, délirante, démentielle, à la fois quasi divine et proprement démoniaque, faussement maîtrisée. Sans arrêt. Ces contenus. Les médias, les réseaux sociaux, l’internet, les experts, les commentateurs. Les imbéciles, écrivait Bernanos. Je sais tout, je vois tout, je montre tout, j’explique tout, je comprends tout, je suis partout, je suis nulle part. Je me suis égaré ; je suis perdu ; nous sommes perdus. Langue de bois, langue de fiel, langue de pute, novlangue, pauvlangue, langue de bof, langue de beauf. Nous sommes gangrenés. Insistante, répétée, choisie. Cette horreur bénigne, à l’étal, jamais à l’étale. Cette logorrhée. Cette fuite en avant. Déripette. Ces transparentes énigmes. Choisie, insistante, répétée, équanime. Déripette. Imagée. Cette vie planétaire immédiate. La mer l’amer sans cesse recommencés.

Publié par :Joël Bécam

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s