Honoré de BALZAC, Le lys dans la vallée…

♦   Honoré de BALZAC, Le lys dans la vallée, GF Flammarion, n°254, 314 pages, Chronologie, préface et archives de l’oeuvre par Nicole Mozet …………………………………… Florilège « L’amour a, comme la vie, une puberté pendant laquelle il se suffit à lui-même », page 78 « Les parvenus sont comme les singes desquels ils ont l’adresse… Lire la Suite →

Honoré de Balzac, La Cousine Bette

  Florilège     « un imbécile  (…) qui n’a qu’une idée en tête, est plus fort qu’un homme d’esprit qui en a des milliers. ».   « Quand l’inconnue eut atteint le palier de l’escalier, qui desservait le corps de logis situé sur la rue, elle regarda la porte cochère du coin de l’œil,… Lire la Suite →

Honoré de BALZAC, Eugénie Grandet, Librairie Gründ, Bibliothèque précieuse, Paris, 1955

« Maintenant, le cercueil est une transition peu redoutée. L’avenir, qui nous attendait par-delà le Requiem, a été transposé dans le présent. Arriver per fas et nefas au paradis terrestre du luxe et des jouissances vaniteuses, pétrifier son cœur et se macérer le corps en vue de possessions passagères, comme on souffrait jadis le martyre de la vie en vue de biens éternels, est la pensée générale ! »

Le Père Goriot, de Honoré de Balzac : florilège (suite)

« Un homme qui se vante de ne jamais changer d’opinion est un homme qui se charge d’aller toujours en ligne droite, un niais qui croit à l’infaillibilité. Il n’y a pas de principes, il n’y a que des événements ; il n’y a pas de lois, il n’y a que des circonstances. »
« Le secret des grandes fortunes sans cause apparente est un crime oublié, parce qu’il a été proprement fait. »

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑