David FOSTER WALLACE, L’infinie comédie, « Infinite Jest », Editions de l’Olivier, 2017

Depuis Ulysse de Joyce, premier d’une assez longue lignée, il s’est créé au fil du temps un genre romanesque ‒ sinon un genre, du moins un type de roman ‒, dont la principale caractéristique consiste dans l’utilisation d’une structure originale inventée par l’auteur, jamais utilisée avant lui, jamais reproduite ensuite, quand bien même elle aura pu influencer d’autres auteurs.
L’infinie comédie ‒ Infinite jest en anglais‒, de David Foster Wallace, dont je viens, enfin, de terminer la lecture, fait partie incontestablement de cette lignée un peu à part.

Hans SAHL, Survivre est un métier, Les Belles Lettres, 2016

Un témoignage où l’on apprend énormément de choses, grandes et petites, sur la vie des juifs immigrés, rescapés, qui, ayant réussi à s’enfuir et à échapper à la mort programmée dans les camps d’extermination, deviendront des êtres déracinés, se sentant coupables d’avoir survécu. Culpabilité, désespoir, – mais comment savoir ? – qui vont mener certains d’entre eux jusqu’au suicide…

LISTE DES ARTICLES (2008 – 2022)

(305 articles ont été mis en ligne depuis 2008, date de création du blog) Le lien est fait sur la date de mise en ligne de l’article. Les titres en caractère gras renvoient à des articles consacrés à des livres que j’ai lus et aimés. Les titres en caractère maigre renvoient à mes propres textes… Lire la Suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑