Ernst LOTHAR, Mélodie de Vienne, 2016, Editions Liana Levi

Mélodie de Vienne a paru d’abord en anglais à New York, où l’auteur, Ernst Lothar, d’origine juive, quittant l’Autriche et fuyant le nazisme, vint chercher refuge en 1938.
Mélodie de Vienne raconte l’histoire d’une famille de la bourgeoisie viennoise : la famille Alt, facteur de pianos à Vienne de père en fils. Pour tout dire, le fondateur de la firme, Christoph Alt, a construit le piano sur lequel Mozart a joué ! Franz Alt, son descendant, épouse Henriette Stein, d’origine juive. L’arrivée d’Henriette sème le trouble chez tous les habitants de la maison.

Où il est question du chevalier à la Triste Figure, de Bob Dylan, et de Miguel de Cervantès

Quasiment dès sa parution, en janvier 1605 (Cervantès a 56 ans), le roman Don Quichotte devient célèbre. Au fil des ans puis des siècles, cette célébrité augmente, se renforce, elle s’étend pratiquement à tous les pays du monde. Cinq siècles plus tard, elle demeure intacte, et le personnage de don Quichotte est devenu un mythe. Avant d’être écrivain, l’espagnol Miguel de Cervantès, contemporain de l’anglais Shakespeare et du français Montaigne, fut d’abord un soldat, un mercenaire, un aventurier ; et aussi un marin, comme le furent Joseph Conrad, Hermann Melville ou Jack London.

Truman CAPOTE, Prières exaucées, Editions Grasset & Fasquelle, pour la traduction française, 1988, Le Livre de Poche, n° 6679

Du grand roman rêvé par Truman Capote, de cette symphonie inachevée, à peine commencée, de ce chef-d’oeuvre proustien sur les milieux que l’auteur fréquentait « faisant son miel acide des femmes riches, des mannequins, des gigolos, des écrivains, des puissants », il ne reste, ou plutôt − l’alcool et les amphétamines aidant, il n’aura finalement réussi à écrire − que trois chapitres ; soit 250 pages, sachant que le « modèle » qu’il désirait égaler en comporte 5000.

LISTE DES ARTICLES (2008 – 2022)

(305 articles ont été mis en ligne depuis 2008, date de création du blog) Le lien est fait sur la date de mise en ligne de l’article. Les titres en caractère gras renvoient à des articles consacrés à des livres que j’ai lus et aimés. Les titres en caractère maigre renvoient à mes propres textes… Lire la Suite →

Mon p’tit Zibaldone

Moi, j’aime la mode, et lui sacrifie volontiers. Comme moi, vous l’aurez remarqué  : la mode, aujourd’hui, dans l’édition de littérature générale, serait plutôt aux dictionnaires. La littérature, tourneboulée par le numérique, retourne au stade d’avant le miroir… Fini le fleuve roman, je vais te bricoler dans l’éclaté, moi ! Quelle drôle de bel enfant, la littérature !

Marcel PROUST, Correspondance, choix de lettres et présentation par Jérôme Picon, GF Flammarion, 2007, 382 pages

La correspondance de Marcel Proust est à la mesure de l’œuvre romanesque : considérable. Si l’on se réfère au « Monument incontournable et pourtant provisoire » (Jérôme Picon, Présentation, page 22) que forme la publication de la Correspondance de Marcel Proust achevée en 1993 par son initiateur, Philip Kolb, ce n’est pas moins de dix mille pages rassemblées en vingt et un volumes qu’il nous faut compter.
Pour autant, les quelques 5000 lettres que comportent cette Correspondance ne représenteraient guère plus que le vingtième de toutes celles que  Proust écrivit… (1).
Ce sont une bonne centaine de ces lettres que rassemble le choix de Jérôme Picon, publié par Flammarion, en format livre de poche. Et ce sont de courts extraits d’une toute petite vingtaine de ces lettres, que nous recopions ici pour vous…

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑