Arthur Schopenhauer : Le monde comme volonté et représentation

C’est si vrai, c’en est devenu un lieu commun : les écrivains, singulièrement les romanciers, sont des menteurs, habiles pour les meilleurs d’entre eux ; quant aux mensonges contenus dans leurs romans, ils émeuvent bien plus – s’ils ne valent guère mieux  – que n’importe laquelle des vérités philosophiques. Ce n’est pas, à mes yeux, une raison suffisante pour s’abstenir de lire de la philosophie.

Raymond Queneau : cent mille milliards de poèmes

Ils se trompent, et lourdement encore, tous ceux qui affirment que le Nouveau Roman serait l’événement littéraire français le plus emblématique de ces cinquante dernières années. Oui, ce n’est pas le Nouveau Roman ; non, c’est l’Oulipo ! Cette moisson de littérature singulière, ludique, fantaisiste, émouvante – écrite sous la contrainte, celle que l’auteur s’impose –,… Lire la Suite →

Je souligne, tu soulignes…

Dans les livres que je lis – pour l’essentiel, des romans – j’ai l’habitude de souligner les passages qui me plaisent.  Cette pratique est partagée je crois par beaucoup de lecteurs passionnés…

INDEX DES AUTEURS

Dans la liste ci-dessous figurent, dans l’ordre alphabétique, les noms des auteurs dont je parle sur ce blog, soit 113 auteurs à ce jour. Sherwood ANDERSON Jean ANOUILH Hannah ARENDT Stéphane AUDEGUY Antonin ARTAUD Barbey d’AUREVILLY Florence BALIQUE Honoré de BALZAC Jean BAUDRILLARD Béatrix BECK Frédéric BEIGBEDER Bertrand BELIN Alan BENNETT Roberto BOLANO Christian BOLTANSKI… Lire la Suite →

Annie Ernaux, Les Années, Gallimard, 2008

Autrefois, les romans finissaient toujours par un mot, imprimé en lettres capitales : le mot « FIN »… Cette curieuse habitude d’éditeur, que rien ne justifiait, s’est perdue depuis. Dans son : « Je me souviens », Georges Perec, pour sa part, lui avait préféré le petit mot : « etc. ». « Etc. »… Lire la Suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑