Annie Ernaux, Les Années, Gallimard, 2008

Autrefois, les romans finissaient toujours par un mot, imprimé en lettres capitales : le mot « FIN »… Cette curieuse habitude d’éditeur, que rien ne justifiait, s’est perdue depuis. Dans son : « Je me souviens », Georges Perec, pour sa part, lui avait préféré le petit mot : « etc. ». « Etc. »... Lire la Suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑