Berlin (poème)

Les voyages forment la jeunesse Et désespèrent la vieillesse. Je suis allé à Berlin, L’immense qui fait neuf fois Paris. Gare de l’Est, c’était gris. Je l’attendais assis sur un banc. Accrochée là-haut sous la verrière, Dans le courant d’air frais, je regardais Le chiffre bavard de l’horloge. Elle arriva, Souriante et ravie. Le long du quai, Le train de nuit dort...

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑