Virginia Woolf, Ce que je suis en réalité demeure inconnu, Lettres (1901-1941), Editions du Seuil, 1993, pour la traduction française ; Points, janvier 2010

  Elle fumait, buvait du whisky, elle aimait Léonard, les filles, elle aimait par-dessus tout écrire. Avec ça un nez. Un regard. Un charme inouï. C’était Virginia Woolf. Sa correspondance vient d’être rééditée, en toute petite partie, dans la collection Points, aux éditions du Seuil  : 150 lettres environ, à deux ou trois près (j’ai…

Lire plus