RESTIF DE LA BRETONNE, Le paysan perverti, Collection 10/18

De Restif de la Bretonne, lorsque j’étais jeune, vers l’âge de dix-sept ans (où l’on n’est pas sérieux, comme chacun sait…), j’ignorais tout. Je ne suis même pas sûr que j’aurais pu, spontanément, le situer dans le temps, à un siècle près ! 18 ou 19 ème ? Entre les deux, mon petit cœur de lycéen balançait… j’avais la tête ailleurs, je m’en foutais.
Au fil de ma lecture du Paysan perverti, j’ai rencontré trois mots, dont j’ignorais tout :
Incrépatif, vertuguié, et trigauderie… Le lecteur curieux fera comme moi : il en cherchera le sens !

Lire plus