Truman CAPOTE, Prières exaucées, Editions Grasset & Fasquelle, pour la traduction française, 1988, Le Livre de Poche, n° 6679

Du grand roman rêvé par Truman Capote, de cette symphonie inachevée, à peine commencée, de ce chef-d'oeuvre proustien sur les milieux que l'auteur fréquentait « faisant son miel acide des femmes riches, des mannequins, des gigolos, des écrivains, des puissants », il ne reste, ou plutôt − l'alcool et les amphétamines aidant, il n'aura finalement réussi à écrire − que trois chapitres ; soit 250 pages, sachant que le « modèle » qu'il désirait égaler en comporte 5000.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑